Journée Internationale de la Fille

L’éducation transforme des vies ; celle des filles est un puissant levier de transformation du monde et de son développement. Eduquer une fille, c’est lui donner la parole et lui permettre de s’exprimer sur ses choix de vie. C’est l’aider à résister aux contraintes sociales injustes qui régissent ce qu’elle peut ou ne peut faire. C’est aussi lui permettre d’être suffisamment confiantes en elle-même pour s’attaquer de manière résolue aux dirigeants politiques et mettre un terme aux inégalités qui existent dans le monde et dont souffrent les filles et les femmes.

Promouvoir l’éducation des filles est une nécessité, mais penser égalité de genre doit être un devoir, car les femmes sont plus souvent que les hommes, confrontées au chômage, aux emplois précaires, et souvent moins bien rémunérées.

C’est d’ailleurs dans cette lancée qu’ayant bénéficié d’un financement du Centre de Recherches pour le Développement International, le GRAAD Burkina entend identifier les difficultés que rencontrent les femmes dans le commerce régional, afin de contribuer à la question de l’égalité de genre.

Journée Mondiale de l’Environnement 2018 : Rapport de l’activité « Brisons les chaines de l’esclavage plastique »_ GRAAD Burkina

Afin de contribuer à la lutte contre la prolifération du sachet plastique, et suite à l’engagement pris au cours de l’Assemblée Générale de l’ONU Environnement tenue du 4 au 6 décembre 2017 à Nairobi au Kenya, le GRAAD Burkina, la délégation élue de l’UFR SEG, et le Réseau Etudiant Bio Jardins de l’Université Norbert Zongo, ont organisé en différé la Journée Mondiale de l’Environnement les 08 et 09 Juin 2018 sous le thème « Brisons les chaines de l’esclavage plastique » en partenariat avec la Commune de Koudougou.

Télécharger le Rapport

Faire de la gestion des déchets un business au Burkina Faso

C’est dans la salle de conférence de l’hôtel ‘’La Consolatrice’’ de Koudougou, que s’est tenue la formation des micros, petites et moyennes entreprises les 27 et 28 janvier 2017. Tous les partenaires et participants au Projets NEERE, notamment les Associations bénéficiaires du projet étaient représentées chacune par deux membres, dont douze venus de la commune de Dédougou.

Rappelons que la formation concernait particulièrement les MPMEs travaillant dans la gestion des déchets dans les communes de Koudougou et de Dédougou. Elle visait de façon générale à renforcer les capacités de ces entreprises de sorte qu’elles puissent faire de la « gestion des déchets » un véritable business comme le titre de la formation l’indiquait bien.

Spécifiquement, la formation visait à :

  1. renforcer les connaissances des participants par rapport au concept de l’entreprise verte en lien avec la gestion des déchets ;
  2. partager les connaissances actuelles et discuter des bonnes pratiques en matière de gestion des déchets et de la problématique de leur promotion dans les communes cibles ;
  3. appuyer/assister les MPMEs dans l’élaboration ou la mise à niveau de leur business plan ;
  4. renforcer les capacités des participants en matière de financement, tout en leur faisant découvrir les opportunités de financement liées au développement des activités économiques vertes.

Dans la pratique, la formation a été introduite le vendredi 27 janvier 2017 à 8h30 par le SE du GRAAD, qui a salué et remercié la présence de chacun. A l’issue de son intervention, Monsieur TONDE Djibril de la DSTM de la Commune de Koudougou a souhaité la bienvenue aux participants de Dédougou tout en disant un mot d’ouverture de la session. Après un tour de table, le SE a donné le programme de la formation, puis a présenté le 1er module intitulé : Qu’est-ce qu’une entreprise verte ? Cette présentation a été faite en quatres grands points que sont :

  1. Comprendre l’entreprise verte par les processus de production/transformation,
  2. L’entreprise, quelques activités de nuisance,
  3. L’entreprise comme acteur écologique (entreprise verte), la solution des 3R, 4R, 5R pour les déchets,
  4. Verdir son entreprise en cinq étapes clés.

Suite à cette première présentation riche en enseignement, il y eu des questions ainsi que des partages d’expériences.

Le 2ème module concernait les bonnes pratiques en matière de gestion des déchets, et a été assuré par Drs SAWADOGO Martin, assistant de recherche au GRAAD.

Le module 3 : Faire de la gestion des déchets un business dans un contexte de décentralisation au Burkina a été présenté par Monsieur CAPO CHI-CHI, le consultant chargé de produire les business plans pour chacune des associations concernées. Il a fait sa présentation en trois étapes essentielles comme suit :

  1. Les bonnes pratiques actuelles en matière de gestion des déchets dans le monde
  2. Comment faire de la gestion des déchets un véritable business: Business plan
  3. Le business plan/ techniques de recherche de financement

Le 28 janvier 2017, 2ème jour de formation, le consultant Monsieur CAPO a terminé la présentation de son module sur le business plan et les participants ont eu des échanges d’idées et d’expériences.

La formation a été dans l’ensemble très riche en enseignement, et a été l’occasion pour les MPMEs de faire cas des difficultés qu’elles rencontrent sur le terrain. Grâce à leurs efforts et au soutien de M. CAPO dans l’élaboration de leurs business plan respectifs, le GRAAD espère une évolution positive et significative dans leur travail. A travers le projet NEERE, le GRAAD espère surtout contribuer à la transformation des bénéficiaires en véritables entrepreneurs autour des modes de production et de consommation durables.

Il était 11h30 lorsque le SE a clôt la séance par des mots de remerciements et d’encouragement à l’endroit des MPMEs, leur conseillant de croire en ce qu’ils font, et de rester unies. 

La formation s’est achevée par la remise d’attestations aux MPMEs, et une belle photo de famille.

DA Jeanne d’Arc

NEERE: Formation des MPME

Contexte et justification

Dans nos villes, les déchets sont abandonnés au hasard un peu partout dans les rues, les parcelles vides, les caniveaux, les cours d’eau, etc. Ce comportement dégrade fortement notre cadre de vie et notre santé. Au Burkina Faso, à eux seuls les déchets plastiques causent la perte de 30% du cheptel chaque année. Dans le domaine agricole, la mauvaise gestion des déchets fait perdre à la commune de Koudougou 5,984 milliards de FCFA par an. Le coût le plus élevé est relatif à la santé humaine, soit 4,135 milliards de FCFA. Aujourd’hui, une large part des inondations qui deviennent récurrentes et qui font de nombreuses victimes est attribuée aux déchets qui détériorent les systèmes d’évacuation de eaux. Rappelons que les six années de gestion des inondations du 1er septembre 2009 selon le rapport final des de cette catastrophe qui avait fait près de 200 000 sinistrés a coûté plus de 56 milliards de francs CFA au pays.

Dans ces conditions, la gestion des déchets doit être une préoccupation majeure du gouvernement, d’autant plus que sa maîtrise peut contribuer directement ou indirectement à l’atteinte des ODD 3, 6, 9, 11, 12, 14 et 15. La situation devra évoluer avec l’engagement du gouvernement Burkinabé à faire de l’économie verte un outil de son développement durable. A cet effet, une direction générale de l’économie a été créée pour mieux orienter les actions et les engagements de promotion de verdissement des activités économiques. Dans la même logique, une académie sur l’économie verte a été organisée à Ouagadougou du 16 au 18 décembre 2016.

Mise en œuvre depuis novembre 2015, le projet « NEERE » agit dans ce sens, avec pour principal objectif de promouvoir des villes propres et durables au Burkina Faso, à travers deux composantes : L’appui stratégique aux communes (composante soutien politique) et la promotion des activités économiques vertes (entreprise verte ou green business).

La présente formation entre dans la deuxième composante et vise à promouvoir le verdissement des micros, petites et moyennes entreprises (MPMEs) partenaires au projet. 

Objectif de la formation

La formation sur la promotion de l’entreprise verte au Burkina Faso est donnée au profit des MPMEs travaillant dans la gestion des déchets dans les communes de Koudougou et de Dédougou. Elle vise de façon générale à renforcer les capacités de ces entreprises de sorte qu’elles puissent faire de la « gestion des déchets » un véritable business.

Plus spécifiquement, cette formation dédiée aux MPMEs partenaires au projet « NEERE », vise à :

  • renforcer les connaissances des participants par rapport au concept de l’entreprise verte en lien avec la gestion des déchets ;
  • partager les connaissances actuelles et discuter des bonnes pratiques en matière de gestion des déchets et de la problématique de leur promotion dans les communes cibles ;
  • appuyer/assister les MPMEs dans l’élaboration ou la mise à niveau de leur business plan ;
  • renforcer les capacités des participants en matière de financement, tout en leur faisant découvrir les opportunités de financement liées au développement des activités économiques vertes.

Résultats attendus
A travers cette formation, les résultats principaux suivants sont attendus au profit des participants :

  • une bonne maîtrise des spécificités et des aspects de verdissement de l’entreprise en lien avec la gestion des déchets ;
  • une meilleure connaissance des pratiques vertes actuelles dans le domaine de la gestion des déchets ;
  • les MPMEs sont mieux outillées et ont désormais élaboré ou parfait leur business plan (12 business plan sont élaborés et validés) ;
  • les MPMEs sont informés des opportunités de financement des activités économiques vertes, et leur capacité en matière de réseautage est renforcée à travers le linkage avec les institutions financières de la place.

Pour plus d’information, télécharger les TDRs ici

AVIS DE RECRUTEMENT d’un Consultant-Formateur « Projet NEERE « 

Objectif de la recherche

Dans le cadre du projet NEERE, initié pour l’émergence des « villes propres et durables» grâce à  une bonne gestion des déchets  dans les communes de Dédougou et de Koudougou,  le GRAAD a pour perspective, d’accompagner et de renforcer les capacités techniques, matérielles et financières des micro, petites et moyennes entreprises (MPME) et des associations travaillant dans la collecte et la transformation des déchets qui sont aujourd’hui un domaine d’avenir au regard de la dynamique actuelle pour les Objectifs de développement durable (ODD, agenda 2030-Nations Unies, Agenda 2063-Union africaine).

A cet effet, le GRAAD recherche un consultant en business plan pour l’appuyer dans le renforcement des capacités des bénéficiaires (MPMEs).

Le présent avis vise donc à recruter un consultant dans le domaine précisé, pour travailler sur les sites et avec les cibles qui leur seront indiquées. Le consultant retenu travaillera au sein d’une équipe et sera chargé de toutes les tâches qui lui seront confiées dans le cadre de cette mission.

Cadre Institutionnel

  • Intitulé du poste : Consultant/business plan
  • Période : 27 au 28 Janvier 2017
  • Durée de la formation : 02 jours
  • Durée du travail : 14 Hommes.jours
  • Lieu : Burkina Faso/Koudougou

Objectifs de la mission

  • Former les MPMEs et associations sur le rôle du business plan dans le développement d’une entreprise
  • appuyer/assister les MPMEs dans le processus d’élaboration ou la mise à niveau de leur business plan ;

Conditions

  • Avoir une bonne expérience dans le domaine et produire des preuves ;
  • être disponible et s’adapter aux  conditions de travail;
  • être en bon état de santé;
  • assumer la responsabilité de rendre compte des activités menées régulièrement à qui de droit.

Composition du dossier

  • un CV et ;
  • une lettre de motivation adressée au Secrétaire Exécutif du GRAAD

Envoyez votre dossier à l’adresse
jeanne.da@graadburkina.org au plus tard le vendredi  20 janvier 2017 à 15 h 00
Avec pour objet : recrutement FORM-MPME_GRAAD/PROJET NEERE

NB : Les conditions pratiques de travail seront précisées après le recrutement

Télécharger l’annonce ici

École d’été sur la pratique de la comptabilité écosystémique, 08 au 19 août 2016, Montréal, Québec, Canada

Depuis le 8 août 2016, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) abrite une Ecole d’été portant sur la pratique de la comptabilité écosystémique.

Première du genre, elle regroupe une trentaine de participants venant de l’Afrique, du Canada, de Madagascar et l’Ile Maurice et dont nous avons le privilège de faire partie. Les profils d’études ciblés sont les sciences biologiques, les sciences sociales ou humaines, les statistiques ou la technologie.

Comme son nom l’indique, cette formation a pour principal objectif de poser les fondements théoriques et de donner les outils pour établir les bases d’une comptabilité biophysique géo-référencées du capital naturel.

Dans la pratique, cette Ecole d’été vise à démontrer la faisabilité des comptes écosystémiques à partir de logiciels et données disponibles, notamment les données satellitaires et les bases de données environnementales, mais également par une sortie d’études.

Pour ce faire, les participants ont été introduits aux principes de base de la CECN et formés à l’utilisation du logiciel QGIS 2.14.

GraadEco1

GraadEco2

GraadEco3

Pour plus de détails sur cette Ecole d’été, clique le lien ci-dessous pour regarder la vidéo où Mr Didier Babin explique le projet : 

http://www.mediaterre.org/international/actu,20160121192305.html

GraadEco5

Conditions de participation – Conférence « Entreprenariat/Emploi des Jeunes »

Autant que faire se peut, dans le souci d’avoir la participation d’une jeunesse représentative pour traiter des questions soulevées par cette conférence et, au regard du contexte et des moyens logistiques et financiers actuels, les conditions et modalités de participation à la manifestation sont les suivantes :

  1. JEUNESSE – PARTICIPANTS

Conditions générales

  • Avoir un âge compris entre 15 et 35 ans,
  • Etre ressortissant d’un pays membre de la CEDEAO,
  • Etre engagé pour la question de l’emploi des jeunes à travers l’entreprenariat.

Pour être pris en compte, il faut s’inscrire sur le site du GRAAD au plus tard le dimanche 17 juillet 2016. En plus des critères ci-dessus cités, le critère genre sera appliqué. 

Conditions particulières

  • Pour les pays de la CEDEAO autre que le Burkina Faso, être désigné par le Ministère en charge de la jeunesse dans le pays considéré. Pour être désigné, il a été demandé à chacun des Ministères de l’espace CEDEAO en charge de la jeunesse de suivre les critères généraux ci-dessus cités. Ils sont pris en charge par les ministères considérés dans les différents pays. Au total 28 participants sont attendus, soit 14 filles et 14 garçons,
  • Pour les participants burkinabè des 44 provinces, des listes de jeunes dynamiques en matière d’entreprenariat et de défense des droits des jeunes notamment en matière d’emploi seront demandées dans les directions régionales en charge de la jeunesse et de l’emploi. Sur la base des critères ci-dessus cités, 88 participants seront retenus, soit 44 garçons et 44 filles. Ils sont pris en charge par la conférence.
  • Pour les participants de Ouagadougou, ils sont priés de s’inscrire sur le siteweb du GRAAD. Pour la sélection des participants, les mêmes critères seront appliqués. Il est attendu 100 participants de Ouagadougou, soit 50 filles et 50 garçons.
  • D’autre part, en plus des tous les critères ci-dessus mentionnés, le critère du secteur d’activité sera retenu en fonction des pôles de croissance définis au Burkina Faso. Exemples: au Sahel, l’élevage ; pour la zone de Bagré, l’agrobusiness ; pour la zone de Ouahigouya, entre autre le maraîchage.
  1. BUSINESS – PARTICIPANTS

Cette catégorie de participants concerne spécifiquement les entreprises. Pour participer à la conférence et soutenir les jeunes, elles ont 4 options définies dans la fiche de souscription ci-dessous.

Télécharger la fiche de souscription

Pour participer, il suffit de remplir, de signer et de retourner la fiche à l’adresse suivante : info@graadburkina.org

Pour toute information complémentaire, appelez au 25 36 18 41 (fixe) / 70 73 13 21 (Dieudonné Lankoandé) / 70 02 99 33 (Dialla Moumini)

visuel conference corrigé

parrainGraad

Appel à contribution – Conférence « Entreprenariat/Emploi des Jeunes »

Afin de mieux réussir l’organisation de la Conférence internationale sur l’entreprenariat/l’emploi des jeunes, le Réseau national des jeunes entrepreneurs du Burkina Faso et le GRAAD entendent rédiger un canevas précisant les critères de sélection devant permettre d’avoir une jeunesse représentative de l’espace CEDEAO.

A travers cet appel, nous souhaitons vous mettre à contribution. Toutes celles et ceux qui ont des idées et qui le souhaitent peuvent les partager avec le comité d’organisation.

Les critères devront permettre :

  • la sélection des participants en tenant compte de tous les domaines d’activité,
  • de bien prendre en compte le genre (c’est-à-dire les jeunes filles),
  • de sélectionner les jeunes qui devront participer à un débat télé sur une approche innovante pour réduire le chômage,
  • de sélectionner les exposants à la rue marchande prévue.

Le document final des critères de sélection sera partagé avec tous.

Merci pour votre soutien

Comment la communauté apprécie la vie et les performances de l’école burkinabè ? : Cas de la région du Centre nord au Burkina Faso.

A travers l’étude de base sur la dynamique communautaire et les performances de l’école financée par la coopération japonaise via le projet d’appui aux comités de gestion d’école, le GRAAD a cherché à mesurer le niveau d’appréciation que la communauté (COGES, APE/AME) a de la vie et des performances de l’école burkinabè.

Les données sont issues d’une étude a été menée dans les trois provinces de la région du Centre nord. Les enquêtes ont couvert au total soixante-treize (73) écoles avec des entretiens individuels et focus-groupes qui ont concerné principalement sept (7) cibles (MENA, Commune, CEB, Directeur, Enseignant, Elève, COGES et APE/AME). En termes d’outils, une approche participative fondée sur l’application de l’outil d’évaluation de l’Université de Wageningen a été utilisée.

L’exploitation des données, sur 9 indicateurs d’appréciation classés sur une échelle de score allant de 0 à 3, à partir des logiciels CSPro et SPSS 20 a donné les résultats résumés dans le tableau suivant.

Indicateurs COGES Score moyen sur 3.
1 Performance scolaires globale des élèves 1,88 1,85
2 Réussite aux examens scolaires 1,89 1,9
3 Apprentissage à la maison 2,03 1,86
4 Qualité de la cantine scolaire 1,71 1,73
5 Taux de scolarisation 2,03 1,93
6 Apprentissage à l’école 2,01 2,13
7 Fréquentation des filles à l’école 2,11 2,1
8 Les performances des filles 2,11 2,03
9 Performance des élèves aux compositions harmonisées (Math et français) 1,77 2,02
Moyenne générale 1,948 1,950

Source : Auteurs, données de l’étude

De manière synthétique, de ce tableau il ressort que les parents d’élèves (la communauté) ont globalement la même appréciation de la vie de l’école et de ses performances que les autres acteurs clefs du système éducatif (Commune, CCEBs, Directeurs, Enseignants, Elèves, etc.). En effet, les scores moyens calculés sont quasi-identiques (1,95 sur 3). Dans l’ensemble, la performance scolaire globale est jugée relativement moyenne (1,8/3).

Aujourd’hui, les éléments les plus appréciés de la vie de l’école dans nos communautés sont relatifs au taux de scolarisation actuel (2,03/3), à la fréquentation et à la performance accrues des filles à l’école (2,11/3). Selon les données collectées et contrairement aux variables précédentes, l’aspect de la vie de l’école le moins apprécié est relatif aux cantines scolaires (1,71/3). Les parents qui inscrivent leurs enfants pour ces cantines trouvent que leurs enfants ne mangent pas bien (Parlant de quantité et de qualité).

Atelier national SABER-SA, Ouagadougou du 21 au 22 juillet 2015

Sous le haut patronage de Monsieur le Ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation et en collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA), a organisé un atelier national SABER-AS (Approche Systémique pour l’Amélioration des Résultats de l’Education-Alimentation scolaire) du 21 au 22 juillet à l’Hôtel Ouind-Yidé à Ouagadougou.

L’objectif principal de cet atelier était le diagnostic des capacités du système éducatif burkinabè en matière d’alimentation et de nutrition scolaires et la proposition d’un plan d’action.

Cet atelier a connu la participation de plusieurs acteurs du système éducatif Burkinabè et des partenaires techniques et financiers intervenant dans l’alimentation scolaire au Burkina Faso. Au nombre des participants, nous pouvons citer le CRS, Aide à l’enfance, plan Burkina, MENA, DAMSSE, PACOGES, MEF, UNICEF, DRENA Sahel, producteurs de farines, directeurs d’écoles, etc.

En pratique, les travaux de l’atelier se sont déroulés en deux (02) jours : le premier jour pour le diagnostic des capacités nationales et le second jour pour les propositions de plan d’action.

Des travaux de cet atelier et pour ce qui concerne le diagnostic, il ressort que par rapport aux normes et aux bonnes pratiques internationales, le Burkina Faso est globalement au stade « Emergent« .

En ce qui concerne les suggestions et les recommandations, les plus fortes sont :

  • l’élaboration d’une politique nationale d’alimentation et de nutrition scolaires au Burkina Faso ;
  • L’augmentation de la ligne budgétaire dédiée aux cantines scolaires avec ouverture de ligne dans les autres ministères concernés et dans les communes ;
  • la création d’un cadre de concertation multisectoriel autour de la Task force.

Avec le MENA (DAMSSE) et le PAM, un rapport plus complet sera partagé avec vous.

graad3008