Projet NEERE

Durée : 2 ans (1/11/15-30/10/17)

Vision : Promouvoir des villes propres et durables fondées sur des systèmes de gestion intégrés des déchets

Composantes : Appui stratégique aux communes et promotion des activités économiques vertes

Sources de financement : Union Européenne (UE) – Switch Africa Green (SAG)

Lieux d’exécution : Koudougou et Dédougou

Cibles : Administration communale, MPMEs/associations, agriculteurs, populations

CONTEXTE

Dans nos villes, les déchets sont abandonnés au hasard un peu partout dans les rues, les parcelles vides, les caniveaux, les cours d’eau, etc. Ce comportement dégrade fortement notre cadre de vie et notre santé. Au Burkina Faso, à eux seuls les déchets plastiques causent la perte de 30% du cheptel chaque année. Dans le domaine agricole, la mauvaise gestion des déchets fait perdre à la commune de Koudougou 5,984 milliards de FCFA par an. Le coût le plus élevé est relatif à la santé humaine, soit 4,135 milliards de FCFA[1].

Aujourd’hui, une large part des inondations qui deviennent récurrentes et qui font de nombreuses victimes est attribuée aux déchets qui détériorent les systèmes d’évacuation de eaux. Rappelons que les six années de gestion des inondations du 1er septembre 2009 selon le rapport final des de cette catastrophe qui avait fait près de 200 000 sinistrés a coûté plus de 56 milliards de francs CFA au pays.

Dans ces conditions, la gestion des déchets doit être une préoccupation majeure du gouvernement, d’autant plus que sa maîtrise peut contribuer directement ou indirectement à l’atteinte des ODD 3, 6, 9, 11, 12, 14 et 15. La situation devra évoluer avec l’engagement du gouvernement Burkinabé à faire de l’économie verte un outil de son développement durable. A cet effet, une direction générale de l’économie a été créée pour mieux orienter les actions et les engagements de promotion de verdissement des activités économiques. Dans la même logique, une académie sur l’économie verte a été organisée à Ouagadougou du 16 au 18 décembre 2016.

Mis en œuvre depuis novembre 2015, le projet “NEERE” agit dans ce sens, avec pour principal objectif de promouvoir des villes propres et durables au Burkina Faso.

Objectifs

De manière générale, le projet NEERE cherche à contribuer à l’émergence de communes assainies/propres fondées sur un système de gestion intégré et durable des déchets.

Spécifiquement il s’agit d’/de :

• Elaborer et mettre en œuvre des stratégies communales intégrées de collecte, de transport, de traitement et de valorisation des déchets opérationnelle ;
• Sensibiliser et éduquer les ménages urbains en matière de citoyenneté environnementale et les outiller pour une bonne gestion des déchets ;
• Sensibiliser et éduquer les producteurs agricoles des villages environnants pour la cause environnementale et les outiller pour une bonne gestion des déchets liés aux produits chimiques et la valorisation des déchets ménagers.

Cibles

Le projet NEERE couvre les communes de Dédougou et Koudougou, et vise en l’administration communale qui aujourd’hui, par manque de moyens et de cadre stratégique approprié peine à gérer efficacement les déchets produits par les ménages. Il vise également les MPMEs/Associations qui travaillent de manière relativement isolées avec des moyens dérisoires. En outre, il vise les agriculteurs, qui subissent les effets d’une dégradation accélérée des terres en raison de l’utilisation hasardeuse des produits chimiques (Enquête GRAAD, 2015). Enfin, le projet vise les populationsen tant que premiers responsables de la production de déchets et bénéficiaires finaux d’une ville propre/assainie et d’une productivité agricole accrue.

Principales activités

Le projet NEERE a pour principales activités l’/le/la:

• Etude diagnostique et recherche sur la problématique des déchets et le système de gestion actuel ;
• Etude diagnostique et recherche sur la chaîne de valeur des filières agricoles ;
• Elaboration de stratégies communales intégrées par commune ;
• Dialogues et formations des agriculteurs de la zone ciblée ;
• Sensibilisation des ménages, des PME/PMI et autres acteurs clefs du domaine de la gestion des déchets ;
• Instauration de prix annuels de propreté NEERE.

Outils

Le GRAAD Burkina a réalisé différents outils de sensibilisation et de communications dans le cadre du Projet NEERE. Il s’agit des prospectus/flyers sur :

• L’état de gestion des déchets,
• Le pari du GRAAD Burkina,
• Défis villes propres,
• Les bons réflexes et le mauvais geste,
• Les bonnes pratiques.

Lieux de réalisation

Le projet NEERE s’exécute dans les communes de Koudougou et Dédougou. Ces communes ont été choisies de manière raisonnée.

Financement

L’Union Européenne et Switch Africa Green ont financé le Projet NEERE à hauteur de 90%, et le GRAAD Burkina à hauteur de 10% ; soit d’une valeur totale de 225 000 dollars.

Partenaires

Les partenaires au projet NEERE sont :

L’UE, SAG, Commune de Koudougou, Commune de Dédougou, 12 Associations œuvrant dans le secteur de la collecte des déchets (dont 6 par commune).

Durée de l’action et date de mise en œuvre prévue

Le projet a été ficelé pour 2 années d’exécution. Il a débuté le 01 novembre 2015, et est prévu pour prendre fin le 30 octobre 2017. Cependant, s’inscrivant dans un processus de “Learning by-doing”, le projet NEERE prévoit s’inscrire dans la durée au regard de la dynamique conjointe des différents acteurs.

RÉSULTATS ATTENDUS

• Création d’emplois verts : NEERE devra créer 60 à 160 emplois, pour les femmes et les jeunes pouvant vivre de la collecte, du tri et du recyclage des déchets
• Amélioration de la sécurité et de la santé humaine : Le renforcement des capacités des MPMEs inclut les questions de sécurité. GRAAD à travers NEERE, sensibilise les travailleurs à une meilleure sécurité dans le traitement des déchets. Environ 60 personnes sont censées bénéficier directement de ce changement positif
• Éducation environnementale de la population: NEERE inclut une composante éducative importante qui aidera à créer de nouveaux comportements qui incarnent la consommation et la production durables
• Amélioration des revenus des MPMEs: actuellement les MPMEs ciblés gagnent en moyenne 210 000 FCFA par mois. Après le projet, les revenus attendus sont de 275 000 à 300 000 CFA par mois.
• Amélioration des revenus des agriculteurs locaux: Le compostage proposé par NEERE fournit du compost qui permet de limiter l’utilisation d’engrais chimiques importés, d’améliorer les revenus des agriculteurs, de permettre aux populations de consommer des produits sains et de meilleure qualité.
• Amélioration des ressources financières communales: Dans le cadre du projet NEERE, les deux communes ciblées mettent à l’essai une taxe sur les déchets dans les espaces publics pour les grandes manifestations. Ce type d’instruments devrait accroitre les recettes communales à long terme.
• Amélioration du système de gestion des déchets: production et adoption de stratégie pour un engagement conséquente des autorités communales.