Migrations : réconcilier les visions du Nord et du Sud, le GRAAD en séminaire à Rabat

Migrations : réconcilier les visions du Nord et du Sud, le GRAAD en séminaire à Rabat

0

Le 2 novembre 2018, sur invitation de l’OCP Policy Center, le GRAAD Burkina a participé au séminaire de haut niveau sur le thème « Migrations : réconcilier les visions du Nord et du Sud ». Le GRAAD a donné sa vision au cours du Panel 2 en soulignant la nécessité de changer de paradigme et d’approche et en démontrant que la diabolisation de la migration n’a aucune valeur de progrès.

C’est logique de penser que ce sont les migrations d’aujourd’hui qui vont construire le monde de demain © OCP Policy Center

Réunissant environ une cinquantaine de Think Tank du monde entier, les objectifs de ce séminaire étaient de :

  • Croiser les perspectives des Think tanks partenaires du Groupe Med 5 + 5 + 5 + (Nord, Sud et région du Sahel en particulier) pour promouvoir les échanges sur la question entre les pays d’origine, de transit et d’accueil des migrants.
  • Élaborer des propositions d’action pour les États du Nord et du Sud et fournir des outils pour essayer de convertir le consensus verbal en actions locales et régionales.
  • Mettre les recommandations élaborées à l’issue de la réunion à la disposition des décideurs et des parties prenantes à l’occasion du Forum mondial sur la migration et le développement à la Conférence de Marrakech.

Intervenant dans le Panel 2, le représentant du GRAAD a souligné la nécessité de changer de paradigme et d’approche en en ce qui concerne la question. Contrairement à la presse actuelle faite autour de la question par les dirigeants occidentaux actuels notamment, la diabolisation de la migration n’a aucune valeur de progrès.

Le GRAAD a souligné la nécessité de changer de paradigme et d’approche © OCP Policy Center

L’histoire du monde montre que le monde d’aujourd’hui a été construit par les migrations passées. C’est donc logique de penser que ce sont les migrations d’aujourd’hui qui vont construire le monde de demain. La seule approche productive serait de considérer la migration comme un droit et mettre en place des mécanismes qui permettent de faire d’elle un phénomène gagnant-gagnant-gagnant (pour le migrant, pour le pays d’immigration et pour le pays d’émigration).

Le GRAAD a terminé son propos avec l’adage qui dit que la roue tourne : « ceux que vous rejetez aujourd’hui peuvent être ceux qui doivent vous accueillir demain ».

Pour plus d’information sur le séminaire, cliquez ici

Pour les photos sur le séminaire, cliquez ici

Partager.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire