Question de genre : cette perception des hommes sur la garde des enfants qui fera sourire et/ou rougir les femmes

Depuis avril 2018, le GRAAD Burkina met en œuvre un projet de recherche sur le commerce intracommunautaire, l’autonomie de la femme et les relations de genre dans les ménages. Les premières enquêtes-ménages qui se sont déroulées entre avril et juin 2019 ont couvert le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Togo et le Sénégal. A la date de cet article, 900 employés d’entreprises diverses ont été interrogés sur plusieurs questions des plus subtiles aux plus complexes, et les analyses préliminaires donnent déjà le ton de la profondeur des préjugés sur les conditions de vie et de travail de la femme.

En  parcourant la littérature, il est toujours étonnant de constater la négligence de l’importance socioéconomique des travaux domestiques[1], un sujet que décortique Dr Barbara KY  , Directrice du Genre à l’UEMOA,  dans son ouvrage « Le travail non rémunéré : enjeux pour le développement ».


De ce qui ressort des données de la présente recherche conduite dans le cadre du projet InterGenre-UEMOA financé par le Centre de recherche pour le développement international (CRDI), la situation semble beaucoup plus préoccupante comme le montre le graphique suivant (Cf. Graphique 1).


Sur 545 hommes interrogés sur la pénibilité des travaux domestiques, près de 80% pensent que la garde des enfants peut être assimilée à une activité de détente, un loisir.

Cette position explique également une partie des fondements des violences faites aux femmes qui travaillent. En effet, considérant les soins donnés aux enfants comme un loisir, l’homme peut ne pas comprendre qu’après souvent 8h de travail, la femme se dit fatiguée quand il faut s’occuper des enfants le soir venu, puisqu’elle peut le faire en « toute détente ». Dans la plupart des théories du développement actuelles, de telles positions sont en général attribuées aux faibles niveaux d’éducation. Les données collectées par cette recherche semblent infirmer quelque peu cette thèse, qui consiste à penser que les personnes les plus éduquées sont celles qui ont les comportements les plus en phase avec l’évolution de la société.

En considérant le système actuel, le graphique suivant (Cf. Graphique 2) laisse apparaître une différence faible (au maximum 10 points de pourcentage) en termes de positionnement par rapport à la question entre les catégories classées les plus instruites et celles qui n’ont pas reçu d’instruction.

Par ailleurs, selon les sous-groupes d’hommes ayant émis cette opinion, le niveau supérieur est classé en troisième position avec 76% des personnes interrogées alors qu’il devrait normalement se trouver au bas de l’échelle selon le classement fait.

Toutefois, le pourcentage le plus élevé se trouve parmi les personnes ayant aucun niveau d’instruction et le niveau primaire selon le système classique. Les hommes de niveau secondaire sont apparemment les plus en phase avec le sujet.

En termes d’analyse pays (Cf. Graphique 3), le Togo, le Mali et le Sénégal sont en tête. Au Burkina Faso, en se fondant sur ces résultats et d’autres aspects y relatifs non développés dans ce texte, les hommes semblent plus en phase avec la question.

Evidemment, les populations ne sont pas au même niveau de considération de la question, et cela peut être lié aux pesanteurs socio-culturelles spécifiques, au niveau de mise en œuvre d’activités de communication et de sensibilisation.

Avec de telles perceptions, il est aisément compréhensible que les travaux domestiques soient toujours quasiment ignorés dans les comptes nationaux actuels. La situation est encore plus paradoxale, quand on sait que même les activités de loisirs sont économiquement valorisées : pourquoi les travaux domestiques ne le seraient-ils pas alors ? Mieux, les travaux des domestiques (faits par les agents communément appelés aide-ménagères), eux sont valorisés. Quel est le vrai problème ?

Les motifs théoriques de la non-prise en compte des travaux domestiques sont nombreux, mais le vrai problème, c’est que l’Homme n’a pas encore vraiment pris conscience de leurs valeurs ajoutées dans la formation du produit intérieur brut (PIB). Il est pourtant évident qu’une bonne santé entretenue dans le ménage grâce aux travaux domestiques est directement source de productivité accrue au travail.

Il y a nécessité donc de travailler à la prise en compte du travail non rémunéré dans les politiques du développement. A l’inverse, cela reviendrait à un vieux débat combattu dans les années 1980 par les économistes dits « féministes ». Ces derniers s’étaient insurgés contre la pensée néoclassique, particulièrement la théorie des avantages comparatifs : les femmes, du fait de leur rôle biologique dans la reproduction, auraient un avantage relatif à se spécialiser dans le travail domestique et familial (Becker, 1981)[2].



[1] https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&obj=artiste&no=35499

[2] Becker, S. G. (1981). A treatise on the family. Cambridge : Harvard University Press.




0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.