CERAPE 2002-2017 ; 15 ANNEES D’EXPERIENCE DANS LA RECHERCHE, LA FORMATION ET LA DIFFUSION
 : Une analyse des facteurs de durabilité

Le CERAPE a été créé le 15 novembre 2002 à Brazzaville comme une structure indépendante de recherche. Quinze années plus tard, il importe d’analyser l’expérience acquise et de comprendre les facteurs internes et externes qui ont contribué à la longévité du CERAPE ainsi qu’à son dynamisme et aux importantes réalisations qui ont été faites pendant cette longue période.

La constitution du CERAPE en 2002 a été une œuvre de grande portée pour la recherche en sciences sociales, notamment en sciences économiques en République du Congo. Elle a permis de doter les chercheurs et chercheuses de notre pays d’un cadre institutionnel d’un genre nouveau car, disposant de l’autonomie organisationnelle et ouvert aux jeunes. Pendant cette longue existence, les thèmes de la pauvreté, la microfinance, l’entrepreneuriat, le secteur agricole, l’incidence de la Chine en Afrique, le suivi-évaluation des politiques publiques sont ceux qui ont été le plus traités.

Le CERAPE a été le premier centre de recherche dans le pays qui a réalisé en 2004 les premières études sur la pauvreté en s’appuyant sur les indices de pauvreté FGT. Grace à un financement du PNUD, puis du CREA, les chercheurs du CERAPE ont entamé des études sur la pauvreté semi-rurale et urbaine. Sur la base des enquêtes menées dans 3 importantes localités du Congo, Nkayi, Ouesso et Brazzaville, portant sur plus de 300 ménages, le CERAPE a dégagé un profil de pauvreté qui a aidé le Ministère du Plan, notamment la Direction Générale du Plan au début des années 2000 à réaliser les études sur la pauvreté.

Télécharger la version complète du rapport

Rapport de sélection d’enquêteurs pour l’étude « SUSTAINABLE CONTACTS »

Ce mois de juillet, le GRAAD a procédé à la sélection finale des 13 collaborateurs chargés de la collecte de données sur l’enquête « Sustainable Contacts » lancée le 28 avril 2017. Les personnes retenues ont été reçues et formées hier 10 juillet 2017 à Ouagadougou et se sont déjà déployées sur le terrain. Lire la suite

AVIS DE RECRUTEMENT d’un Consultant-Formateur « Projet NEERE « 

Objectif de la recherche

Dans le cadre du projet NEERE, initié pour l’émergence des « villes propres et durables» grâce à  une bonne gestion des déchets  dans les communes de Dédougou et de Koudougou,  le GRAAD a pour perspective, d’accompagner et de renforcer les capacités techniques, matérielles et financières des micro, petites et moyennes entreprises (MPME) et des associations travaillant dans la collecte et la transformation des déchets qui sont aujourd’hui un domaine d’avenir au regard de la dynamique actuelle pour les Objectifs de développement durable (ODD, agenda 2030-Nations Unies, Agenda 2063-Union africaine).

A cet effet, le GRAAD recherche un consultant en business plan pour l’appuyer dans le renforcement des capacités des bénéficiaires (MPMEs).

Le présent avis vise donc à recruter un consultant dans le domaine précisé, pour travailler sur les sites et avec les cibles qui leur seront indiquées. Le consultant retenu travaillera au sein d’une équipe et sera chargé de toutes les tâches qui lui seront confiées dans le cadre de cette mission.

Cadre Institutionnel

  • Intitulé du poste : Consultant/business plan
  • Période : 27 au 28 Janvier 2017
  • Durée de la formation : 02 jours
  • Durée du travail : 14 Hommes.jours
  • Lieu : Burkina Faso/Koudougou

Objectifs de la mission

  • Former les MPMEs et associations sur le rôle du business plan dans le développement d’une entreprise
  • appuyer/assister les MPMEs dans le processus d’élaboration ou la mise à niveau de leur business plan ;

Conditions

  • Avoir une bonne expérience dans le domaine et produire des preuves ;
  • être disponible et s’adapter aux  conditions de travail;
  • être en bon état de santé;
  • assumer la responsabilité de rendre compte des activités menées régulièrement à qui de droit.

Composition du dossier

  • un CV et ;
  • une lettre de motivation adressée au Secrétaire Exécutif du GRAAD

Envoyez votre dossier à l’adresse
jeanne.da@graadburkina.org au plus tard le vendredi  20 janvier 2017 à 15 h 00
Avec pour objet : recrutement FORM-MPME_GRAAD/PROJET NEERE

NB : Les conditions pratiques de travail seront précisées après le recrutement

Télécharger l’annonce ici

Faire de la Comptabilité Écosystémique du Capital Naturel une réalité en Afrique

De nous, jours la comptabilité nationale ne prend pas encore véritablement en compte le capital naturel. En réalité, les indicateurs macroéconomiques courants du progrès tels que définis ne tiennent compte que des profits tirés des ressources naturelles et de l’environnement. La question de sa dépréciation pour diverses raisons est pour l’heure ignorée.  En termes de décisions politiques pour le développement, cette situation constitue un frein important.

L’école d’été sur la pratique de la comptabilité écosystémique à laquelle a participé le GRAAD du 08 au 23 août dernier à Montréal (UQAM), vise à inverser cette tendance. Il s’agissait de donner aux participants les clés de démarrage pour établir les bases d’une comptabilité biophysique géo-référencée du capital naturel.

En résumé, après l’ouverture officielle de l’Ecole, les travaux se sont déroulés sur deux semaines et il y était question de partages d’expérience, alternés par des leçons théoriques au cours desquelles la notion de la Comptabilité Écosystémique du Capital Naturel (CECN) a été introduite et largement développée ; des phases pratiques à travers des sorties terrain suivi d’un atelier au cours duquel fut élaborée une feuille de route en guise de la préparation du projet régional de la CECN.

Ce projet initié vise à lancer la production des premiers comptes écosystémiques dans les pays partenaires et à maintenir une dynamique de la pratique de la CECN devant aboutir à terme à une intégration réelle du capital naturel dans la comptabilité nationale.

Pour le GRAAD, la volonté politique affichée avec l’adoption récente du Plan National de Développement Economique et Social, certaines expériences pouvant être capitalisées, les importantes bases de données spatiales, etc. constituent autant d’atouts dont dispose le Burkina Faso pour le démarrage de la CECN.

A titre de Suggestions, pour la réussite du projet régional, le GRAAD a proposé que la recherche et les structures de formation soient impliquées dès le départ de telle sorte à contribuer à assurer la durabilité des actions entreprises à travers l’adaptation progressive des outils (innovation) et la formation continue (des jeunes) pour assurer la relève.

Jeanne d’Arc Dah

Stagiaire au GRAAD

Note d’Analyse №006 Septembre 2015: Défiscalisation et accès à l’énergie solaire au Burkina Faso

Contexte

Depuis déjà plus de 5 ans, la Société Nationale d’Electricité du Burkina (SONABEL) n’arrive plus à faire face à la demande en électricité. En temps normal, la demande d’électricité est estimée à 197 Mégawatts (MW). En temps de pointe, cette demande monte à 217MW pour une capacité moyenne de production de 177 MW, soit un déficit moyen (manque à combler) structurel de 20 MW et un déficit saisonnier de 40MW. Avec une croissance moyenne de 13% par an, cette demande va poser d’énormes difficultés d’accès à l’électricité sur le double plan de la quantité et de la qualité. Aujourd’hui, sous les hypothèses que l’agriculture n’est pas concernée et que 1/3 des actifs dispose d’alternatives aux coupures, les coupures intempestives d’électricité coûtent environ 697 812 863 FCFA l’année (GRAAD, 2014)

En somme :

La défiscalisation en théorie est une mesure appropriée pour réduire le coût d’un bien/service. Cela permet d’accroître son accessibilité et dans le cas de l’énergie solaire ça pourrait marcher.

Mais, au regard des conditions actuelles du marché en matière d’énergie, pour que les ménages burkinabè visés aient accès aux kits solaires, le coût devrait baisser de 4044 FCFA. En considérant le seuil de pauvreté, par la défiscalisation, l’Etat devrait alors supporter pour l’année un montant de 32 milliards (31.899.072.000) de FCFA.

Le problème c’est que, déjà par rapport à l’année 2014, le besoin de financement de l’Etat a progressé d’environ 71% (70,58%). Avec cette défiscalisation, le déficit actuel va se creuser davantage.

Bien que justifiable théoriquement, cette défiscalisation semble donc en pratique hasardeuse surtout qu’aucune évaluation n’a permis d’établir la pertinence et les résultats des défiscalisations passées. Une bonne politique d’investissement dans le domaine serait plus bénéfique et plus efficace.

Téléchargez la Note d’Analyse complète

Note d’analyse N°002_Février 2014: Performances scolaires au Burkina Faso; ce que nous apprend l’EAS 2012 !

L’Evaluation sur les Acquis Scolaires (EAS) est un dispositif de suivi permanent des apprentissages scolaires institué en avril 2000 par le Ministère de l’Education Nationale (MENA) et ses partenaires. Il vise notamment à mesurer le niveau réel des élèves en français, en mathématiques et en sciences d’observation dans le sens d’un meilleur pilotage de la politique éducative.

Sur le plan national, le niveau des élèves reste moyen

Dans l’ensemble, le niveau de performance des élèves demeure moyen (autour de 50/100) avec des disparités assez élevées entre élèves. L’écart de niveau de lecture entre le CE1 (faible) et le CM2 est très remarquable. Si l’on considérait une cible de 75 sur 100 de performance, les résultats obtenus montrent qu’on est encore relativement loin du compte.

Téléchargez la Note d’Analyse complète

Quelques liens Logiciels utilies GRAAD 2014

[wpdm_file id=30 desc= »true »]