Développement durable : la Commune de Dédougou et le GRAAD font le point sur le projet NEERE et les perspectives

Ce vendredi 02 décembre 2016, le GRAAD  s’est rendu à Dédougou, afin de s’entretenir avec les parties prenantes sur l’état d’exécution du projet NEERE. La rencontre a débuté autour de 9h30 minutes, sous la présidence de Monsieur ZON Hamadou, le premier adjoint du Maire de la Commune de Dédougou. La rencontre a regroupé les membres du GRC retenu pour la mise en œuvre du projet. Elle a enregistré au total 14 participants.

Après s’être présenté, le premier adjoint au Maire a présenté le 2nd adjoint au Maire qui l’assistait, Monsieur KADEBA Lombo, et a autorisé  un tour de table pour les présentations individuelles. Suite à cela, le secrétaire exécutif du GRAAD, le Dr LANKOANDE D. Gountiéni prit la parole et fit ses remerciements et ses vœux de bon mandat à la nouvelle équipe de la mairie.  Puis il présenta l’ordre du jour en 5 points comme suit :

  1. Présentation du bilan et de la stratégie,

Sur ce point, le Secrétaire exécutif du GRAAD a d’abord présenté le GRAAD, ensuite le projet NEERE qui est dit-il, fondé sur ces 4 éléments essentiels :

  • un problème lié au développement des villes et des plans stratégiques qui ne fonctionnent pas,
  • un contexte  de décentralisation dans un contexte de faiblesse des moyens dans les communes
  • un agenda de recherche, celui du GRAAD
  • une position par rapport au mode de consommation et de production durables.

Il faut noter que l’objectif général du projet est de contribuer à l’émergence des villes propres et durables fondées sur des systèmes de gestion intégrés et durable des déchets. Spécifiquement, il s’agit pour le projet d’élaborer et mettre en œuvre une stratégie de communication intégrée opérationnelle, éduquer et sensibiliser les ménages et les producteurs.

De la présentation faite, il faut retenir également que Dédougou et Koudougou sont les deux villes couvertes par le projet, et les bénéficiaires sont les PME, les administrations communales, les agriculteurs et organisations paysannes, ainsi que les populations des zones cibles.

NEERE est financé sur deux ans  par l’Union Européenne à travers Switch Africa Green, mais le GRAAD envisage aller au-delà de ces deux années et continuer à œuvrer pour la propreté des villes, et donner l’exemple à d’autres communes.

Pour la durabilité du projet, le GRAAD propose la mise en place d’une fiscalité verte, le linkage des PME avec les institutions financières, et la création de boucles financières.

2. Bilan

Le GRAAD qui est à 87% dans les réalisations, a effectué des études, des recherches, et élaboré des avants projets STGID. Ses actions ont donné naissance à une nouvelle dynamique d’intérêt pour les acteurs du projet et même dans d’autres communes.

3. Difficultés

Les difficultés étaient liées au retard dû aux attentats et aux élections ; aussi à la réception tardive des fonds.

4. Perspectives

Les principales perspectives déclinées sont les suivantes :

  • Equiper les 12 associations partenaires de matériel, bien que cela ne soit pas prévu dans le projet,
  • Former les associations pour qu’elles arrivent à transformer l’action en business,
  • Mobiliser des fonds pour le réaménagement des décharges, et la réalisation de trois centres de tri, et de site de transite,
  • Communiquer sur le projet,
  • S’insérer dans la démarche de la mairie pour récompenser les ménages qui se comportent bien en termes de gestion des déchets.
  • Aller au-delà de la commune, des associations et équiper au moins 200 ménages de poubelles ;
  • Aider chaque association à l’élaboration d’un business plan et identifier un lieu où mener l’action.
  • Former les agriculteurs à la réalisation de composte et de fausse fumières.

Après cette présentation du Projet, la parole fut donnée à Monsieur SAWADOGO Martin, qui fit une présentation claire des avant projets de stratégie des gestions des déchets, suite à quoi les questions des GRC furent recueillies et répondues par le secrétaire exécutif.

5. Divers

Le seul point évoqué ici était que deux associations ont été retirées de la liste des partenaires pour éviter un conflit d’intérêt, car les responsables sont des agents de la mairie.

Ce fut enfin les  remerciements des deux premiers adjoints du Maire qui promettent communiquer une date très prochaine au GRAAD, pour l’amendement des STGID. La rencontre prit fin à 12h 48 minutes.

Mlle DA B. Jeanne d’Arc

                                                                                                           GRAAD Burkina

Projet NEERE : la Commune de Koudougou et le GRAAD font le point sur l’exécution des activités et les perspectives.

Le  29 novembre 2016, le GRAAD  a effectué une sortie d’échanges dans la commune de Koudougou, à la rencontre du GRC, afin de discuter de l’état d’exécution du projet NEERE et des perspectives envisageables. La rencontre qui a débuté à 8h20 minutes, a été présidée par Monsieur le Maire : Monsieur ZONGO Maurice Mocktar, en présence de 16 participants.

IMG_20161207_105147

Le Maire ayant pris la parole, remercia d’abord le GRAAD pour le déplacement effectué, ensuite les membres des GRC et les responsables techniques de la mairie pour leur présence, et fit enfin un rappel sur l’objet de la rencontre. Après un tour de table pour les présentations individuelles, la parole a été donnée au secrétaire exécutif du GRAAD : le Dr LANKOANDE D. Gountiéni, qui a également formulé ses remerciements pour l’opportunité d’échanges, et a félicité le Maire pour son élection à la tête de la ville, tout en lui formulant le vœu d’un excellent mandat. Pour enfin entrer dans le vif du sujet, il a énoncé l’ordre du jour qui nous réunissait :

Renouer le contact autour du projet NEERE et donner plus de précisions (étant donné que l’équipe actuelle est nouvelle).

A cet effet, le Dr LANKOANDE a présenté le GRAAD, puis le projet NEERE qui est fondé sur quatre (4) éléments essentiels à savoir :

  1. un problème lié au développement des villes, des plans qui ne fonctionnent pas
  2. un contexte de décentralisation relativement difficile pour les communes actuelles
  3. un agenda, celui du GRAAD
  4. une position par rapport aux modes consommation et de production durables.

Il a précisé que l’objectif général du projet est de contribuer à la création de villes propres et durables fondées sur des systèmes de gestion intégrés et durable des déchets. L’objectif spécifique étant d’élaborer et mettre en œuvre une stratégie communale.

En termes de couvertures, il faut noter que Dédougou et Koudougou sont les deux villes ciblées par le projet, et les bénéficiaires sont les PME, les administrations communales, les agriculteurs et organisations paysannes, ainsi que les populations des zones cibles.

Le projet NEERE est financé sur deux ans  par l’Union Européenne à travers Switch Africa Green, mais le GRAAD envisage aller au-delà de ces deux années et continuer à œuvrer pour la propreté des villes, et de donner l’exemple à d’autres communes. Pour ce qui est de la durabilité, il s’agira de mettre en place une fiscalité verte, motiver les PME et les institutions financières à financer les acteurs et créer des boucles financières.

Bilan de l’opération NEERE 1 et perspectives pour les années à venir

1. Bilan

Sur ce point, malgré la satisfaction générale dans la réalisation de l’activité, les deux parties ont reconnu que certaines insuffisances qui ont relativement limité la portée de l’opération doivent être corrigées pour les actions à venir.

2. Perspectives

En termes de perspectives, le GRAAD prévoit de soutenir la commune à travers diverses actions telles que prévues dans le plan d’action du projet. Il s’agira de/d’ :

  • Equiper les 12 associations partenaires de matériel, bien que cela ne soit pas prévu dans le projet,
  • Former les associations pour qu’elles arrivent à transformer l’action en business,
  • Mobiliser des fonds pour le réaménagement des décharges, et la réalisation de trois centres de tri,
  • Communiquer sur le projet,
  • S’insérer dans la démarche de la mairie pour récompenser les ménages qui se comportent bien en termes de gestion des déchets.
  • Aller au-delà de la commune, des associations et équiper au moins 200 ménages de poubelles ;
  • Aider chaque association à l’élaboration d’un business plan et identifier un lieu où mener l’action.

Pour changer les mentalités et impliquer la population dans cette lutte, le maire a fait savoir qu’il est prévu de faire appel aux services d’un sociologue.

Suite à la présentation du Dr LANKOANDE, la parole fut donnée aux participants pour d’éventuelles questions. Les questions étaient d’ailleurs nombreuses, et c’est à cœur joie que le Dr LANKOANDE a apporté des réponses.

Pour ce qui est de la procédure pour adopter le projet de stratégie, le maire a souhaité l’appui financier du GRAAD. Demande pour laquelle le GRAAD a marqué son accord de principe dans la limite des moyens dont dispose le projet.

Divers

Les divers concernaient l’initiative de la mairie quant à la salubrité du site des nuits atypiques : quarante (40) jeunes (divisés en deux équipes) ont été recrutés pour le nettoyage quotidien. Des poubelles seront placées sur place. Ensuite, le maire a formulé ses remerciements pour NEERE 1, et souhaite que les prochains NEERE tiennent compte des failles du premier.

Tout en se donnant rendez-vous pour les 16 et 17 décembre 2016 pour la formation des GRC, la réunion pris fin à 10h30 minutes.

Mlle DA B. Jeanne d’Arc

                                                                                                           GRAAD Burkina

Défiscalisation et accès à l’énergie solaire au Burkina Faso

Auteur : Gountiéni D. Lankoandé
Référence :GRAAD Note d’analyse N°006_Septembre 2015

La défiscalisation en théorie est une mesure appropriée pour réduire le coût d’un bien/service. Cela permet d’accroître son accessibilité et dans le cas de l’énergie solaire ça pourrait marcher.
Mais, au regard des conditions actuelles du marché en matière d’énergie, pour que les ménages burkinabè visés aient accès aux kits solaires, le coût devrait baisser de 4044 FCFA.

Télécharger Lire tout le texte

Autonomisation : quelle pertinence pour l’emploi des jeunes?

Auteur : Gountiéni D. Lankoandé
Référence :GRAAD Note d’analyse N°005_Juin 2015

À un moment où le taux de chômage est élevé, et où le désespoir a atteint un point où pour beaucoup des jeunes africains la mort dans la méditerranée semble préférable, ces inquiétudes familières se trouvent intensifiées et la recherche de solutions par les gouvernants est largement justifiée. Dans ce contexte, l’organisation d’assises comme celle de Gaoua peut se comprendre aisément, mais le thème abordé « Autonomisation des jeunes » l’est beaucoup moins dans le contexte burkinabè et africain de manière générale.

Télécharger Lire tout le texte

Performances scolaires au Burkina Faso : ce que nous apprend l’EAS 2012 !

02_fev2014

Auteur : Gountiéni D. Lankoandé
Référence GRAAD NA N°02_Février 2014

Au CE1, les élèves du Centre-Est arrivent en tête de classement aussi bien pour le français que les mathématiques avec des moyennes respectives de 59,70 et 56,70 sur 100. Ils sont suivis des élèves du Centre qui enregistrent 56,10 pour le français et 55,20 sur 100 pour les mathématiques. Ces deux régions sont celles qui se situent largement au-dessus des moyennes nationales pour les deux matières.

Télécharger Lire tout le texte

Conférence Internationale sur l’Emploi des Jeunes en Afrique Subsaharienne

conferenceInterC’est pour faire de la jeunesse une force de travail que, venus d’environ de tous les horizons, les autorités en charge de l’emploi et leurs partenaires, les praticiens, les chercheurs et les jeunes prennent part à la conférence internationale sur l’emploi des jeunes en Afrique subsaharienne (ASS) qui se tient depuis le mardi 28 janvier 2014 à Dakar, Sénégal. Pendant ces deux premières journées, les participants ont échangé sur les enjeux de la question, les recherches et expériences respectives et les stratégies mises en œuvre pour lutter contre le chômage des jeunes.

 

Télécharger Lire tout le texte

 

Les mesures gouvernementales contre la vie chère: analyse du Dr Gountiéni D. LANKOANDE

lesmesuresdugvtLe mercredi 11 septembre 2013, le gouvernement a pris une série de mesures visant à répondre à la question de la vie chère dans notre pays. A travers ce texte, nous avons voulu faire une analyse synthétique de cette action à travers quatre questions : comment comprendre la vie chère ? Que préconise l’économie face à ce type de problème ? Les mesures gouvernementales sont-elles des solutions adaptées ? Sont-elles suffisantes ?

Télécharger Lire tout le texte