Efficacité des politiques monétaire et budgétaire du Burkina Faso

La recherche analyse sur trois horizons temporels les effets relatifs des politiques monétaire et budgétaire du Burkina Faso en appréciant leur endogénéité. Elle utilise deux modèles : le modèle à correction d’erreur (MCE) et le modèle Vectoriel Autorégressif (VAR). Lire la suite

SYNTESIS REPORT : The African Evidence Informed Policy Forum Nairobi, Kenya, 6-7 March, 2018, RADISSON BLU HOTEL

From 6 to 7 March, the Executive Director attended as the GRAAD Burkina representative the “The African Evidence Informed Policy Forum” under the invitation of the Think Tank Initiative (The Think Tank Initiative is helping to strengthen 43 policy research institutions in 20 developing countries over 10 years through a mix of core funding and support for capacity development).

© GRAAD Burkina

This forum brought together about an hundred participants including think tank representatives, young researchers, as well as civil society actors, donors, policymakers, academics, and members of the private sector.

The Forum has explored how best policy researchers, civil society actors, policymakers, academics and members of the private sector can bring timely, relevant, and reliable new knowledge in order to bear on policy decisions. It has also seek to understand how different actors engaged in evidence to policy processes in African contexts can work together to foster a culture using social and economic research and evidence in policymaking.

For more detail on this event (general and specific objectives, expected results, etc., please follow this link…http://events.thinktankinitiative.org/about/

Given the report of the Executive Director (Gountiéni D. Lankoandé) GRAAD Burkina is very proud to be part of this important event and has learnt much during the two days.

© GRAAD Burkina

What is the main content of the speech of the panellists? What are the main topics discussed? What are the lessons learnt? Feedbacks on social networks and Photos?

To have all the responses to the questions above, please click on the following link…African Evidence Informed Policy official website.

Cellule de communication / GRAAD Burkina

REPORT: Africa’s Think tank Sustainability FORUM REPORT, Washington, DC, November 3-4, 2017

The rise of Africa’s think tanks can be attributed to a better understanding of what is needed to bring about successful growth and development, moving away from the “one-size-fits-all” formula of the previous years to a recognition that appropriate solutions are unique for each country’s situation. The new environment is fruitful territo­ry for national level think tanks who can explore, in depth, the customized policy options needed in their country’s environment. A recent article pointed out that: “Such or­ganizations (think tanks) can play a key role by serving as catalysts for ideas and proposing practical solutions for pol­icy problems. They can also act as bridges between govern­ments, business and civil society. They tend to form part­nerships with global think tanks and organizations, sharing in the experience of others and applying this to their own unique, locally focused research.”

In the face of major shifts both in private and pub­lic-sector support for think tanks in Africa, as well as the organizational challenges they face, an urgent effort is needed to raise awareness of the think tank sustainability crisis in Africa and to assist think tanks in the region with resources and capacity building that will enable them to meet these critical challenges. At the first Africa Think Tank Summit in 2014 in South Africa, Dr. Frannie Leautier, the then Executive Secretary of ACBF, reported that 30% of Africa’s think tanks may close or be in serious crisis. Since that time, the TTCSP has been working to raise the sustain­ability question and support the think tank community in the region through research, summits and networking. Our fear is that we will only realize the full magnitude of this crisis after a large number of think tanks have disap­peared from the fragile think tank eco-system in Africa.

Understanding the gravity of the situation, The Brook­ings Institution, The Wilson Center, Fundação Getulio Var­gas, Getúlio Vargas Foundation- FGV (Brazil), the Carnegie Corporation of New York, and the Think Tank and Civil So­cieties Program, University of Pennsylvania joined togeth­er to convene a group of the leading think tanks in Afri­ca, public and private donors and policymakers to identity strategies and programs to address the think tank sustain­ability crisis in Africa. The Fit for Purpose: Enhancing the Capacity, Quality and Sustainability of Africa’s Think Tanks Forum took place in Washington, DC on November 3 and 4, 2017. The Forum explored how to strengthen the capaci­ty and sustainability of think tanks so that they can contin­ue to support Africa’s development.

However, while many will agree that think tanks have a substantive role to play in this regard, their effectiveness in carrying out this task will depend on the appropriateness and relevance of their own internal structures and capaci­ties. Hence, this Forum not only focused on the substantive areas of support that think tanks can offer to governments and policymakers, but it also explored options to strength­en think tanks and make them fit for the purpose of sup­porting the implementation of key economic, social and good governance policies and programs.

Coherent implementation of both agendas will pose a challenge for policymakers in Africa. Despite over a de­cade-long history of development planning, several Af­rican countries continue to experience challenges in de­signing, implementing and monitoring their development planning frameworks. Think tanks have and will contin­ue to play an important role in supporting the roll out of SDGs, Agenda 2063 in Africa, public-private partnerships and good governance initiatives by providing technical as­sistance to governments in all aspects of the implemen­tation process. Specifically, implementation of the global and regional agendas will require: advocacy and sensitiza­tion about the details of such frameworks; strengthened capacities to integrate such initiatives in national planning frameworks; evidence-based policymaking; and the requi­site institutional architecture and skills to monitor or fol­low-up on implementation outcomes.

In this context, discussions were organized around the following three key themes and were designed to feature some of the best practices and innovation strategies, prod­ucts and programs that have been developed in Africa and other regions of the world:

  • Enhancing the Capacity and Quality of Think Tank Re­search and Public Engagement: The national and regional development requires finely tuned research, analysis and engagements capacities. Think tanks can only contribute to the development of effective and responsive policies by conducting evidence based research and effectively en­gaging both policymakers and the public in policy issues that are key to Africa’s development.
  • Making Africa’s Think-Tanks Fit for Purpose: Think tanks can only carry out the above tasks if they have the requisite internal capacities and resources to undertake these tasks. What are the best strategies and structures (i.e. institutional architecture) for the policy and funding envi­ronment in Africa? Specifically what structures, staffing patterns and strategies, products, methods are best suited for the policy and funding environment in Africa?
  • Creating a Sustainable Future for Think Tanks in Afri­ca: The Forum featured some of the best practices and in­novative strategies, products and programs that have been developed in Africa and other regions of the world.

Read or download the comprehensive report by following this link…COMPLETE REPORT

Note d’Analyse №006 Septembre 2015: Défiscalisation et accès à l’énergie solaire au Burkina Faso

Contexte

Depuis déjà plus de 5 ans, la Société Nationale d’Electricité du Burkina (SONABEL) n’arrive plus à faire face à la demande en électricité. En temps normal, la demande d’électricité est estimée à 197 Mégawatts (MW). En temps de pointe, cette demande monte à 217MW pour une capacité moyenne de production de 177 MW, soit un déficit moyen (manque à combler) structurel de 20 MW et un déficit saisonnier de 40MW. Avec une croissance moyenne de 13% par an, cette demande va poser d’énormes difficultés d’accès à l’électricité sur le double plan de la quantité et de la qualité. Aujourd’hui, sous les hypothèses que l’agriculture n’est pas concernée et que 1/3 des actifs dispose d’alternatives aux coupures, les coupures intempestives d’électricité coûtent environ 697 812 863 FCFA l’année (GRAAD, 2014)

En somme :

La défiscalisation en théorie est une mesure appropriée pour réduire le coût d’un bien/service. Cela permet d’accroître son accessibilité et dans le cas de l’énergie solaire ça pourrait marcher.

Mais, au regard des conditions actuelles du marché en matière d’énergie, pour que les ménages burkinabè visés aient accès aux kits solaires, le coût devrait baisser de 4044 FCFA. En considérant le seuil de pauvreté, par la défiscalisation, l’Etat devrait alors supporter pour l’année un montant de 32 milliards (31.899.072.000) de FCFA.

Le problème c’est que, déjà par rapport à l’année 2014, le besoin de financement de l’Etat a progressé d’environ 71% (70,58%). Avec cette défiscalisation, le déficit actuel va se creuser davantage.

Bien que justifiable théoriquement, cette défiscalisation semble donc en pratique hasardeuse surtout qu’aucune évaluation n’a permis d’établir la pertinence et les résultats des défiscalisations passées. Une bonne politique d’investissement dans le domaine serait plus bénéfique et plus efficace.

Téléchargez la Note d’Analyse complète

L’autonomisation : quelle pertinence pour l’emploi des jeunes ?

À un moment où le taux de chômage est élevé, et où le désespoir a atteint un point où pour beaucoup des jeunes africains la mort dans la méditerranée semble préférable, ces inquiétudes familières se trouvent intensifiées et la recherche de solutions par les gouvernants est largement justifiée. Dans ce contexte, l’organisation d’assises comme celle de Dédougou peut se comprendre aisément, mais le thème abordé « Autonomisation des jeunes » l’est beaucoup moins dans le contexte burkinabè et africain de manière générale.

D’abord, de quoi parle-t-on ? Selon le dictionnaire Petit Robert, l’autonomisation renvoie au fait d’être autonome qui, à son tour, veut dire qui s`administre soi-même ; correspond à indépendant, libre, souverain. De manière pratique, dans le domaine de l’emploi, cela peut se comprendre par la mise en place de politiques, stratégies et de mécanismes permettant aux jeunes de s’auto-employer et éventuellement de créer d’autres emplois à travers des projets d’entreprise.

C’est une approche qui a son effet, mais dans le contexte actuel de l’Afrique, quelle peut être sa pertinence quand le marché de consommation est quasiment tourné vers l’extérieur et quant dans le système éducatif, il n’est pas développé l’esprit d’entreprise ?

Du marché tourné vers l’extérieur

En économie, le marché de consommation (demande) est l’une des composantes clefs du développement de l’entreprise. Toute chose égale par ailleurs, lorsque la demande croit, cela incite l’entreprise qui est sollicité de s’investir davantage et de produire. Dans le cas, une entreprise qui fabrique des produits qui ne sont pas demandés est voué à disparaître du marché. Or, de notre lecture de la situation générale actuelle, les consommateurs burkinabè et africains en général semblent être des « receveurs universels ». Comment peut-on développer une entreprise viable et compétitive dans un contexte de receveurs universels qui ont le complexe suranné de la préférence étrangère et dont la demande est tournée quasi-exclusivement vers tout ce qui vient de l’extérieur dans presque tous les domaines? Pour que l’autonomisation fonctionne, que ce soit pour les jeunes ou non, l’Afrique ne doit pas être uniquement un marché de « consommation extérieure ». Dans le cas contraire, on va installer des entrepreneurs qui vont vite fermer par manque de débouchés. Il faut revenir à la célèbre vision du « consommons burkinabè ». C’est la seule voie pour construire un tissu économique fort d’entreprises fortes et compétitives capables d’absorber les 200.000 personnes qui arrivent sur le marché de l’emploi chaque année au Burkina.

Du système éducatif inadéquat :

Après les indépendances, malheureusement, les lacunes des colons coloniales n’ont pas disparu du continent africain. Cinquante ans après, la plupart des dirigeants africains ont continué de se comporter comme des écoliers au service de leurs anciens maîtres coloniaux. Et, notre système éducatif n’a pas échappé à ce piège. Aujourd’hui, comme le souligne de nombreuses analyses, notre système éducatif ne

Lire la suite

Les mesures gouvernementales contre la vie chère: analyse du Dr Gountiéni D. LANKOANDE Enseignant/chercheur, Université de Koudougou

Le mercredi 11 septembre 2013, le gouvernement a pris une série de mesures visant à répondre à la question de la vie chère dans notre pays. A travers ce texte, nous avons voulu faire une analyse synthétique de cette action à travers quatre questions : comment comprendre la vie chère ? Que préconise l’économie face à ce type de problème ? Les mesures gouvernementales sont-elles des solutions adaptées ? Sont-elles suffisantes ?

Comment comprendre la vie chère ?

D’abord, il y’a une série d’idées totalement fausse : Lorsque les prix augmentent, la vie ne devient pas forcément chère. De même, ce n’est pas parce qu’on a des salaires élevés qu’on ne subit pas la vie chère. Pour parler de vie chère, les économistes considèrent à la fois les revenus et le niveau général des prix. La vie est chère parce que les revenus dont on dispose ne suffisent pas pour prendre en charge le coût de la vie (dépenses alimentaires, dépenses d’éducation, santé…). Pour analyser la vie chère, une des approches couramment utilisée est le pouvoir d’achat.

Pour simplifier, le pouvoir d’achat estime la capacité d’un revenu à supporter (ou non) le poids des dépenses (coût de la vie) dans un milieu donné. La vie chère est donc une notion relative. La vie peut être chère pour vous et pas pour votre voisin. La vie peut être chère pour vous aujourd’hui et pas demain. La vie peut être chère pour vous dans une ville/pays donné et pas dans une autre.

Pour mesurer le Pouvoir d’achat, on utilise l’indice de pouvoir d’achat qui n’est rien d’autre que le rapport entre l’indice de revenu et l’indice des prix (qui mesure le coût de la vie).

Lorsque l’indice de revenu évolue moins vite que l’indice de prix, la vie a tendance à devenir chère pour l’espace et les individus considérés et vice-versa.

Que préconise la théorie économique face à la vie chère ?

Pour répondre le plus simplement à cette question, utilisons l’indice de pouvoir d’achat. En regardant cette égalité, pour agir positivement sur le pouvoir d’achat, on a deux possibilités qui peuvent se combiner pour faire une troisième : agir négativement sur l’indice des prix, agir positivement sur l’indice des revenus, combiner les deux actions.

Les mesures gouvernementales sont-elles des solutions adaptées à ce type de phénomène ?Pour juger de l’action actuelle du gouvernement sans passion, revenons sur les orientations préconisées dans l’approche par l’indice du pouvoir d’achat en rapport avec les mesures prises. Le tableau suivant nous permet de faire une analyse synthétique de la situation.

Action préconisée

 

Mesures prises

 

Commentaires

 

 

 

Agir négativement sur l’indice de prix

 

  • La mise en place de 140 boutiques témoins dans la perspective du contrôle des prix du riz et du maïs
  • La revalorisation des salaires de tous les travailleurs du secteur public et privé à travers l’allègement de l’impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) pour compter du 1er octobre 2013
  • La mise en place de ces boutiques visent à maintenir voir réduire les prix de certains produits de première nécessité. Cela peut être donc vu comme une action négative sur le niveau des prix
  • L’IUTS vient en déduction des salaires. Réduire donc l’IUTS agit comme une augmentation de salaire
 

 

 

 

 

 

 

Agir positivement sur l’indice de revenu

 

  • Le relèvement des indemnités de logement et de suggestion de tous les agents de l’Etat et des Etablissements publics de l’Etat pour compter du 1er juillet 2013
  • La revalorisation de la rémunération des brigades vertes des communes et la formation aux métiers et en alphabétisation
Cette action contribue à relever le niveau de revenus

 

  • L’accompagnement des étudiants par le relèvement des aides et prêts FONER respectivement de 150 000 à 175 000 francs CFA et de 200 000 à 225 000 francs CFA pour compter de l’année universitaire 2013-2014
Cette action contribue à relever le niveau de revenus des étudiants

 

  • Le recrutement de 3000 volontaires adjoints de sécurité de 18 à 25 ans
  • Le recrutement de 83 720 jeunes et femmes pour les travaux à haute 
intensité de main d’œuvre (HIMO)
  • L’octroi de crédit d’investissement et d’installation pour le 
financement de l’auto emploi des jeunes diplômés à hauteur de un 
milliard de Francs CFA
  • Le soutien à 1125 projets individuels de personnes âgées
  • Le soutien à 1 125 projets individuels de personnes handicapées
Ces mesures créent de nouveaux revenus pour des catégories précises de la population. Les agents économiques concernés verront leurs revenus s’accroître

 

En conclusion, le gouvernement tente d’agir sur les deux grandeurs. Ce qui est d’autant plus bénéfique pour une action positive sur le pouvoir d’achat. Selon les prédictions économiques en termes de pouvoir d’achat, on est donc en droit de conclure que les mesures prises par le gouvernement sont des réponses adaptées.

Ces mesures sont-elles suffisantes ?

Selon les chiffres de l’INSD, entre les années 2000 et 2008, le coût de la vie a augmenté d’environ 35%. Entre 1998 et 2003, la dépense annuelle totale par tête est passé de 99 182 FCFA à 135 244 FCFA, soit par calcul simple une augmentation d’environ 36%. Entre janvier 1999 et décembre 2008 le prix du riz importé est passé de 275FCFA/Kg à 421FCFA/Kg. De janvier 2000 à décembre 2008, le prix de la viande fraîche de mouton est passé de 899FCFA/kg à 1 472FCFA/Kg. Pour la même période, le prix du litre d’essence ordinaire est passé de 366 FCFA à 590FCFA. Or, à l’état actuel des choses, la revalorisation des revenus va tabler autour de 5% des calculs faits par les autorités. En définitive, sans aller dans les détails, ces mesures restent insuffisantes face à l’évolution du coût actuel de la vie au Burkina. Ce qu’il faut retenir, c’est ce que beaucoup de burkinabè ont déjà compris : les mesures prises sont adaptées. L’ pour répondre à ce type de problèmes. Le gouvernement est donc à saluer. Seulement, face à l’évolution rapide du coût de la vie ces dernières années, elles restent insuffisantes et l’Etat en est forcément conscient.

Commentaires :

  • –  Pour que l’action soit mieux comprise, le gouvernement doit veiller à préciser davantage et très rapidement le contenu de bon nombre de mesures ;
  • –  Bien qu’efficaces, le gouvernement doit rester conscient que ces mesures sont conjoncturelles. Les effets de certaines mesures comme les boutiques témoins risquent d’être très limités. Il devra tirer des leçons de son expérience passée ;
  • –  La prise en compte de mesures annoncées coûte environ 65 milliards de FCFA. Dans un pays pauvre comme le nôtre, pour prendre en charge ce coût, il peut être très tentant d’accroître certaines taxes ou impôts. Dans ce sens, le gouvernement doit rester vigilant pour ne pas annuler les effets de ses propres initiatives ;
  • –  Les mesures comme celles concernant le financement de projet va poser un gros problème de ciblage qui doit être bien analysé afin d’éviter qu’elles engendrent des tensions inutiles au regard des choix qui seront faits ;
  • –  Dans le processus actuel, le coût de la vie aura tendance à croître. Donc, des mesures ponctuelles sont assez limitées d’effet. Si cela n’est pas fait, le gouvernement doit penser à une action beaucoup plus structurée dans le temps.

Lire la suite

PROJET Initiative Pauvreté-Environnement au Burkina (IPE/Burkina)

Note-politique_V1_270515-1Auteurs : Dr Gountiéni D. Lankoandé
Référence Policy Brief n°05_Mai 15

Aujourd’hui, les principales préoccupations écologiques incluent la contamination des rivières et des lacs par les pesticides et engrais, la pollution par les métaux lourds imputable à la production de ciment et de textile, et enfin la contamination au mercure et à la dioxine venant des exploitations minières. Actuellement, diverses analyses montrent que les coûts résultant des intoxications aux pesticides dépassent la somme totale annuelle de l’aide publique au développe- ment accordée en Afrique en matière de soin de santé de base, à l’exclusion de l’aide publique pour le VIH/ SIDA (PNUE, 2012). Elles soulignent que le coût total des maladies et des blessures liées aux pesticides pourrait y atteindre 90 milliards de dollars (USD) d’ici 2020 si rien n’est entrepris, surtout pour des pays déjà confrontés à des coûts importants en termes de problèmes environnementaux comme le Burkina Faso (SP/CONEDD, 2010).

 Lire tout le texte

Auto-évaluation de la CPF au Burkina Faso : quelques leçons pour les organisations paysannes

142180Auteurs : Dr Gountiéni D. Lankoandé, Bourahima Konkobo
Référence Policy Brief n°04_octobre 14

De manière générale, les résultats obtenus en termes de scores sont relativement intéressants pour les critères que sont : La capacité de cohérence, la capacité de tisser des réseaux, la capacité d’apprendre et de s’adapter, la capacité de s’engager et d’agir, la capacité de réaliser des objectifs de développement. Les scores les plus élevés concernent la capacité de cohérence, la capacité d’apprendre et de s’adapter et la capacité de réaliser des objectifs de développement. Les plus faibles performances ont été enregistrées pour les deux critères suivants : la capacité de tisser des réseaux (1,9) et la capacité de s’engager et d’agir (1,7).

 Lire tout le texte

Coûts de la gestion non durable des produits chimiques dans le secteur du coton au Burkina Faso

graadpolicyAuteur : David Maradan et Al.
Référence Policy Brief N°01_juin 2014

Si elle est source de création de richesse, la production de coton implique une utilisation importante de produits chimiques à la fois utiles pour la productivité et nocifs pour la population et l’environnement.
Ce Policy Brief qui vise à éclairer cette problématique résume les coûts des dommages de la GNDPC sur la santé et l’environnement et leurs implications.

 Lire tout le texte

Note d’analyse N°002_Février 2014: Performances scolaires au Burkina Faso; ce que nous apprend l’EAS 2012 !

L’Evaluation sur les Acquis Scolaires (EAS) est un dispositif de suivi permanent des apprentissages scolaires institué en avril 2000 par le Ministère de l’Education Nationale (MENA) et ses partenaires. Il vise notamment à mesurer le niveau réel des élèves en français, en mathématiques et en sciences d’observation dans le sens d’un meilleur pilotage de la politique éducative.

Sur le plan national, le niveau des élèves reste moyen

Dans l’ensemble, le niveau de performance des élèves demeure moyen (autour de 50/100) avec des disparités assez élevées entre élèves. L’écart de niveau de lecture entre le CE1 (faible) et le CM2 est très remarquable. Si l’on considérait une cible de 75 sur 100 de performance, les résultats obtenus montrent qu’on est encore relativement loin du compte.

Téléchargez la Note d’Analyse complète