Articles

Avis de recrutement de Consultant-Formateur en Entrepreneuriat | Droit de la femme

Objectif de l’appel

Depuis avril 2018, le GRAAD Burkina met en œuvre le projet de recherche intitulé InterGenre UEMOA dont l’objectif général est d’étudier et de mieux comprendre comment le commerce intrarégional affecte le pouvoir économique des femmes et les relations de genre dans l’espace UEMOA.

Dans cette logique et à leur demande, le GRAAD Burkina envisage de soutenir les femmes commerçantes de Cinkansé, à travers un atelier de renforcement de capacité sur deux thématiques : l’entreprenariat en prenant en compte la spécificité genre, et le droit et la protection de la femme, notamment en référence au code des personnes et de la famille. A cet effet, le GRAAD Burkina recherche deux formateur (trice) s dont l’un(e) spécialisé(e) en entrepreneuriat, et l’autre en droit, pour appuyer ce processus de renforcement des capacités des femmes commerçantes de Cinkansé.

Le présent avis vise donc à recruter deux formateur (trice) s dans les domaines ci-dessus précisés, pour travailler sur les sites et avec les cibles qui leur seront indiquées. Les formations se feront en langue moré, et les consultant(e)s retenus travailleront au sein d’une équipe de projet et seront chargés de toutes les tâches qui leur seront confiées dans le cadre de cette mission et en respect de leurs compétences respectives.

NB : les candidatures pouvant assurer les deux formations à la fois seront privilégiées. Les candidatures féminines sont fortement encouragées.

Cadre Institutionnel

  • intitulé du poste 1 : Consultant formateur en entrepreneuriat,
  • intitulé du poste 2 : Consultant formateur spécialisé en droit, maîtrisant le code de la famille,
  • langue de formation : mooré
  • période : 21 au 22 mai 2019
  • durée de la formation : 02 jours
  • lieu : Burkina Faso/Cinkansé

Objectifs de la mission et durée

Former les femmes commerçantes sur :

  • l’entrepreneuriat,
  • les droits et la protection de la femme selon le code de la famille burkinabè

La formation doit tenir en deux (2) jours

Conditions

  • avoir une bonne expérience dans le domaine de formation souhaitée, et produire des preuves ;
  • être disponible et s’adapter aux conditions de travail de l’équipe de projet ;
  • être en bon état de santé pour les déplacements prévus ;
  • assumer la responsabilité de rendre compte des activités menées à qui de droit.

Composition du dossier

  • un CV,
  • une offre technique et financière.

Envoyez votre dossier à l’adresse

jeanne.da@graadburkina.org au plus tard le samedi 27 avril 2019 à 23 h 59mn

Avec pour objet : Recrutement FORM _GRAAD/PROJET IGU

NB : Les conditions pratiques de travail seront précisées après le recrutement

Télécharger l’avis

Atelier de formation et d’échanges sur l’entrepreneuriat et le droit de la femme

Le GRAAD Burkina, à la demande des bénéficiaires du projet InterGenre-UEMOA organise une formation sur l’entrepreneuriat et le droit de la femme à Cinkansé du 23 au 24 mai 2019 avec l’appui du Centre de recherches pour le développement international (CRDI-Canada). Lire la suite

Politique en faveur de la femme : une belle coïncidence en Côte d’Ivoire!

Pendant que le gouvernement tente de faire passer quatre (4) projets de loi pour mieux protéger la femme, le GRAAD Burkina déploie le projet InterGenre UEMOA à Abidjan avec l’appui de l’expert Ezéchiel Djallo. Au CAMPC, il forme les collaborateurs/collaboratrices chargés de collecter les données sur les entreprises, les employés et leurs ménages. Lire la suite

8 mars 2019: Le GRAAD tient une journée de réflexion sur la place de la femme dans le commerce intracommunautaire

GRAAD Burkina en collaboration avec l’association African Women Leaders (AWL), a célébré à sa manière le 8 mars 2019. Sous le thème: « Pour que le commerce intracommunautaire bénéficie davantage à chaque femme dans les chaînes de valeur », il a mis à profit, le 7 mars 2019, la veille de la journée dédiée à la cause de la gente féminine, pour réfléchir sur la partition de la femme dans le secteur du commerce dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Pour la commémoration de le journée internationale de la femme 2019, GRAAD Burkina et African Women Leaders ont souhaité aller au-delà de la fête en discutant des questions de genre, plus spécifiquement sur la place, la partition, de la femme dans le secteur tertiaire, notamment la branche commerce (commerce transfrontalier) dans l’espace UEMOA.

Dr Goutiéni Lankoande, SE du GRAAD

S’adressant aux médias, le Secrétaire Exécutif du GRAAD, Dr Gountiéni Damien Lankoandé, a présenté les premiers constats de l’enquête qualitative sur le commerce transfrontalier au niveau des corridors de Niangoloko, Cinkansé et Djibasso, du projet InterGenre UEMOA. Des « constats paradoxaux » faits sur le terrain, il ressort que certes, « il y a une bonne représentativité des femmes (45% de femmes contre 55% d’hommes) » sur la branche commerce, mais en termes de gains dans les mêmes activités comparées, « vous allez vous rendre compte que l’homme gagne deux fois plus que la femme ». Et Marie Hermann Coulibaly, présidente de African Woman Leaders (AWL), de renchérir,  « les pesanteurs socio-économiques jouent un peu en défaveur » des femmes en couple pour qui « aller en-delà des frontières pour faire du commerce, c’est un peu difficile », vu qu’« il faut l’accord du mari qui n’est pas souvent partant pour que la femme puisse faire le commerce au-delà des frontières ».

« Les pesanteurs socio-économiques jouent un peu en défaveur » des femmes en couple pour qui « aller en-delà des frontières pour faire du commerce, c’est un peu difficile »

Au cours des échanges, certaines commerçantes qui mènent des activités commerciales intracommunautaires indiqueront payer des frais douaniers sur des produits de crue, qui sont pourtant « exonérés » au sein de l’espace UEMOA.

Présente à la rencontre de réflexion, la députée Rokia Rouamba, coordinatrice du réseau Caucus Genre à l’Assemblée Nationale, a indiqué que le regroupement ne ménagera aucun effort pour venir à la rescousse des femmes afin de corriger cette inégalité.

Et c’est engagement pris par l’ensemble des participants que la journée a pris fin.

Cellule Communication / GRAAD Burkina

GRAAD Burkina renforce ses capacités sur les méthodes de la revue systématique et méta-analyse

GRAAD Burkina participe à l’atelier de formation sur la revue systématique et la méta-analyse, organisé par le Consortium IPAR-CRES, structures partenaires basées au Sénégal, du 9 au 13 janvier 2019 à Dakar Lire la suite

Rapport de Mission de prospection: Enquête sur le commerce transfrontalier

Depuis avril 2018, le GRAAD Burkina met en œuvre le projet « Intégration régionale, amélioration de la situation économique de la femme et transformation des relations de genre dans l’espace UEMOA » (Projet InterGenre UEMOA) financé par le Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI-Canada). Lire la suite

72 HEURES POUR DIRE NON AUX VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : le GRAAD s’engage avec Africa Women Leaders (AWL)

Afin de marquer d’une pierre blanche son engagement pour l’épanouissement de la femme, AWL organise du 23 au 25 novembre 2018, 72 Heures pour dire : « Non Aux Violences Faites Aux Femmes ». Cette manifestation qui fédère les énergies de l’ensemble des hommes, des femmes et des organisations de défense des droits de la femme se tiendra sous la présidence du Ministre de la Femme de la Solidarité Nationale et de la Famille, sous le patronage du Ministre de la Justice, des Droits Humains et de la Promotion Civique et le Co-parrainage du Maire de l’arrondissement N°5. Lire la suite

PROJET INTERGENRE-UEMOA: Avis de recrutement d’agents enquêteurs

Depuis Avril 2018, le GRAAD Burkina développe avec l’accompagnement de la Direction du Genre de la Commission de l’UEMOA et l’appui financier du Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI) un projet de recherche dénommé « Intégration régionale, amélioration de la situation économique de la femme et transformation des relations de genre dans l’espace UEMOA ». Lire la suite

Migrations : réconcilier les visions du Nord et du Sud, le GRAAD en séminaire à Rabat

Le 2 novembre 2018, sur invitation de l’OCP Policy Center, le GRAAD Burkina a participé au séminaire de haut niveau sur le thème « Migrations : réconcilier les visions du Nord et du Sud ». Le GRAAD a donné sa vision au cours du Panel 2 en soulignant la nécessité de changer de paradigme et d’approche et en démontrant que la diabolisation de la migration n’a aucune valeur de progrès. Lire la suite

APPEL A MANIFESTATION D’INTERET: Projet de recherche sur le rôle « atténuateur » des programmes économiques sur l’extrémisme violent dans les pays du G5-Sahel

Dans sa conception générale actuelle, le Sahel désigne la zone géographique correspondant à la bande méridionale du désert du Sahara (SDS/G5 Sahel, 2016). Il couvre la bande sahélo-saharienne qui s’étend de la Mauritanie à l’Érythrée touchant différents pays connus généralement sous le nom d’Etats/pays sahéliens. Ce sont notamment le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Pour faire face à leurs défis communs, ces cinq pays constituent depuis le 16 février 2014, un espace commun connu sous le nom de G5 Sahel créé par une convention signée à Nouakchott le 19 décembre 2014.

Globalement, l’histoire et la dynamique d’évolution du Sahel est plutôt riche et sa population résiliente face aux conditions de vie difficiles. Mais, malgré les nombreux efforts déployés pour infléchir les tendances, les pays du Sahel restent caractérisés par :

  • la pauvreté et la vulnérabilité entretenues par la très faible diversification des économies :
  • l’insécurité alimentaire persistante aggravée par la vulnérabilité climatique :
  • une forte croissance démographique qui pèse lourd sur les capacités de création d’emploi :
  • de faibles niveaux d’éducation et d’emploi et un faible accès aux services sociaux de base qui aggravent la vulnérabilité des communautés
  • le terrorisme, la criminalité, les trafics divers et les conflits.

Ces données qui caractérisent la zone sahélienne demeurent autant de freins au développement durable de la région. Aujourd’hui, les Etats ont pris conscience que le problème n’est pas seulement militaire et que sécurité et développement doivent aller de pair afin de déjouer les prévisions des scénarios pessimistes, avec la conception et la mise en œuvre de programmes économiques de natures diverses comme le Programme d’Investissement Prioritaire (PIP/G5 Sahel, 2018-2020).

Pour étudier et mieux comprendre la portée de ce type de programmes à des fins de recommandations de politiques économiques dans la région, le GRAAD Burkina recherche des personnes ressources dans les cinq pays concernés : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Conditions :

  • Être titulaire d’au moins un Master II de recherche. Les personnes titulaires de PhD/Doctorat sont prioritaires ;
  • Avoir et démontrer ses capacités en matière de recherche ;
  • Avoir des bonnes références sur l’analyse de la violence en milieu jeune ;
  • Etre disponible à travailler avec le GRAAD Burkina et à effectuer des déplacements au besoin ;
  • Etre apte à travailler en groupe ;

Si vous répondez aux critères ci-dessus, vous pouvez envoyer une manifestation d’intérêt en utilisant exclusivement le lien suivant pour remplir et soumettre le formulaire : APPEL A MANIFESTATION D’INTERET: Projet de recherche sur le rôle « atténuateur » des programmes économiques sur l’extrémisme violent dans les pays du G5-Sahel

Avant de démarrer le remplissage du formulaire, assurer-vous que vous avez :

  • Une photo récente (moins de 6 mois),
  • Un CV daté et signé (sous format PDF de moins de 3 pages),
  • Les copies des diplômes et attestations citées dans le CV.

Date limite : le 30 novembre 2018

Pour plus d’informations sur le GRAAD Burkina, cliquer ici 

Vous pouvez aussi envoyer un email avec vos questions à l’adresse suivante : jeanne.da@graadburkina.org